Mon enfant n’obéit pas : comment faire ?

coaching parentale comment faire obéir mon enfant

Range ta chambre ! Finis ton repas ! Fais tes devoirs ! Ne touche pas au vase ! Ce sont là quelques exemples d’injonctions très (trop) souvent prononcées par nous autres, parents. Ces phrases sans cesse répétées, finissent par devenir usantes à exprimer pour l’adulte et à entendre pour l’enfant. Qui plus est, lorsque ce dernier n’obéit pas. Dans ces cas, la frustration, la fatigue, voire l’envie de baisser les bras s’emparent de nous. L’absence de réaction ou le fait de rentrer dans un rapport de force ne sont clairement pas les bonnes solutions, et entraînent automatiquement des tensions entre parents et enfants, au lieu de créer un climat apaisant et propice à l’éducation. Parce que oui, c’est possible d’amener notre enfant à coopérer dans le sens que nous souhaitons, sans qu’il se braque pour autant. Comment faire ? Voici quelques pistes de réflexion !

Comprendre le sens du mot obéir

Commençons par comprendre le sens du mot obéir. L’obéissance est l’action de se soumettre à quelqu’un ou à quelque chose. Obéir est synonyme d’obtempérer, de se conformer, de subir, de se soumettre, etc. Est-ce réellement ce que nous souhaitons pour notre enfant ? Prenons un instant sa place pour répondre judicieusement à cette interrogation. Imaginons une situation au bureau où notre patron ordonne : Allez tu prends ta pause déjeuner tout de suite ! Aurait-on envie d’obtempérer avec le sourire ? Évidemment non, d’autant plus que cette manière de s’exprimer crée bien souvent une mauvaise ambiance dans les relations. Alors, il est bon de se demander pourquoi cette situation qui nous serait insupportable à vivre, serait-elle considérée comme “normale” pour nos loulous?

L’attitude des parents : première clé pour la coopération de l’enfant

Plutôt que d’obéissance, c’est le terme de coopération qu’il serait plus exact d’employer dans la relation parents/enfant. D’autant que l’enfant n’est pas obéissant par nature. Son cerveau en phase de développement ne lui permet pas toujours de contrôler ses émotions et de comprendre le sens de nos demandes. Le langage de l’enfant est tourné vers le jeu et il est motivé par le plaisir. Si l’enfant est par nature désobéissant, il est aussi tout à fait naturel pour nous parents de lui donner des ordres (aussi parce que enfants nous avons été souvent contraints d’obéir sans discuter!!)

Rassurez-vous, ça ne fait pas de nous pour autant des parents tyranniques. Plutôt que de perdre une énergie folle au quotidien pour faire en sorte que notre cher et tendre nous obéisse, arrêtons-nous un instant ! Prenons le temps de réfléchir sur le fondement de l’éducation qu’on souhaite lui inculquer.

N’est-il pas plus formateur d’expliquer le pourquoi et le comment des choses, au lieu de les imposer ? N’est-il pas plus plaisant d’engager la relation à l’enfant dans une atmosphère bienveillante plutôt que d’enchainer des ordres ? N’est-il pas plus judicieux de donner à notre petit la capacité de s’affirmer dans sa vie d’adulte et de répondre plus tard à son patron : je dois d’abord terminer mon mail avant de déjeuner, c’est important.

Car, c’est aussi la vie de notre enfant devenu grand que nous façonnons avec lui et dès le plus jeune âge. Il est donc primordial de l’aider à comprendre le pourquoi et le comment des règles, avant de lui demander de les respecter. Pour se faire comprendre, il n’y a rien de tel que d’essayer de se mettre à la place de l’autre. Et cela fonctionne aussi dans le cadre de l’éducation parentale.

Comprendre les besoins de son enfant pour se faire comprendre

Les besoins de nos enfants diffèrent inévitablement des nôtres en tant que parents. Pourtant, on a tendance dans le quotidien à être centré sur nos propres priorités : respecter l’heure du bain, finir son repas, se préparer pour arriver à l’heure à l’école, ranger sa chambre, etc. Tout cela, notre enfant s’en fiche un peu. Il s’agit, pour lui, de besoins propres aux parents. Lui aura plutôt envie de jouer, de s’amuser. À force de lui ordonner : viens prendre ton bain tout de suite ! Range tes jouets ! Va t’habiller, on va être en retard ! Nous avons tendance à le stresser, et il n’aura tout simplement pas envie de coopérer. Même s’il y a clairement la réalité de notre quotidien de folie qu’on ne peut ignorer, on peut quand même amener les choses différemment pour générer une ambiance plus cool ! Alors comment faire pour se faire obéir sans créer de situations conflictuelles ? Voici trois pistes de réflexion :

Avoir recours aux questions de curiosité

Aider notre enfant à réfléchir par lui-même est un véritable atout pour de nombreux aspects de son éducation. Les questions de curiosité permettent de favoriser la réflexion de nos loulous, en les faisant s’interroger sur le sens de leurs actions. Formuler des questions plutôt que des ordres va aider notre enfant à comprendre par lui-même. Cela va lui donner les outils pour exprimer ses choix, à discerner ce qui est faisable de ce qui ne l’est pas. Cette attitude va permettre, de plus, de dynamiser la connexion avec notre progéniture. Au lieu de “Mets tes chaussures!” on pourrait lui dire par exemple “On doit partir.. Il pleut, que vas-tu mettre au pied? Bottes ou baskets?”

Se connecter avec son enfant

Car oui, être en connexion avec son enfant est primordial pour lui permettre de respecter nos demandes. Au lieu de crier depuis la cuisine : “Tu viens manger tout de suite !” Regardons plutôt ce qu’il est en train de faire. Si l’enfant est plongé dans son jeu de construction, connectons-nous avec lui en lui disant par exemple : “Oh, c’est superbe ce que tu construis, est-ce que tu vas ajouter une fenêtre ou une porte ? Je te propose qu’on regarde cela ensemble après avoir mangé.” En adoptant une telle attitude, notre enfant va se sentir compris et sera enclin à coopérer.

Faire comprendre le sens de nos demandes

Si notre enfant ne nous obéit pas, ce n’est pas toujours parce qu’il préfère jouer que venir prendre son bain. C’est aussi, car il ne comprend pas forcément le sens de notre demande. Si pour nous en tant qu’adulte on sait l’importance de se laver tous les jours, ce n’est pas le cas pour nos bambins. N’oublions pas qu’ils vivent complètement dans le moment présent, sans se questionner sur les raisons ou les conséquences de leurs actes. Ils n’ont pas encore vécu toutes les expériences que nous avons vécu. Leur expliquer le pourquoi et le comment des choses est ainsi une solution efficace pour les faire agir dans le sens souhaité. Si le thème “brossage de dents” coince tous les jours, on peut par exemple avoir recours à des livres ludiques expliquant en quoi cela est important etc.

Quelle est la démarche à suivre pour inciter l’enfant à “obéir” ?

Voici quelques pistes concrètes à mettre en place pour instaurer une atmosphère bienveillante dans le cadre de l’éducation parentale.

  • Poser des questions de curiosités pour aider et orienter notre enfant à trouver des réponses. Une méthode bien plus efficace que de donner des ordres. Le faire répéter et l’interroger nous permet de vérifier qu’il a bien compris le sens de notre demande.
  • Se connecter à notre enfant en parlant le même langage que lui. Entrer dans son monde, faire du quotidien un jeu, c’est pour nous parents, la porte d’accès numéro un à notre enfant. Car quand on parle le même langage, on se comprend !
  • Valider son besoin : en affirmant que nous avons compris qu’il avait besoin de terminer sa tour de construction avant de venir dîner, notre enfant se sent valorisé. Il va alors naturellement être enclin à “obéir”.
  • Ne pas être juste dans la logistique dans la relation parents/enfant, mais créer des moments de connexion avec lui. Si on lui ordonne uniquement de faire certaines tâches sans créer de moments privilégiés, nous passons à côté d’énormément de choses. Notre enfant risquerait d’avoir une image de nous, associée à la contrainte et jamais au plaisir de moments partagés, ne lui donnant donc pas envie de collaborer.
  • Nous assurer d’avoir l’attention de notre enfant avant de lui donner des consignes à respecter. Adopter un ton déterminé sans paraître contraignant, car nos enfants réagissent à nos demandes, mais aussi à notre manière de les formuler. Pensons au contact visuel pour bien faire passer notre message / consigne.
  • Penser positif. évitons les phrases du type : arrête de crier ! Prenons plutôt le temps d’expliquer qu’il serait plus agréable de baisser un peu la voix parce que maman ou papa est encore en train de dormir.
  • Enfin, ne multiplions pas les demandes qui risqueraient de se contredire. Instaurons quelques règles au quotidien qui soient claires, précises et cohérentes afin que notre enfant puisse les assimiler facilement et y adhérer.

Découvrir Mes Services en Coaching Parental

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site uses cookies to offer you a better browsing experience. By browsing this website, you agree to our use of cookies.